La danse traditionnelle ou folklorique

Dans chaque pays, chaque région voire même certaines villes, on peut rencontrer des danses que l'on ne trouve pas forcément ailleurs. Que cela soit en France ou à l'étranger, les danses traditionnelles ou ancestrales séduisent et intriguent toujours les touristes qui les découvrent et les associent parfois à un certain folklore.

Origines

Qui dit danse traditionnelle, dit naturellement tradition. Les danses traditionnelles sont issues de la culture paysanne séculaire où l'entraide entre les hommes est essentielle à la survie. Cela se passait à l'époque où il n'y avait pas d'électricité et où les voies de communication n'étaient pas aussi développées qu'aujourd'hui. Cela renforce donc la notion de groupe que l'on retrouve naturellement dans le caractère des danses (rondes fermées, chaînes de danseurs, etc.). Le chant était souvent le support indissociable de la danse au point que c'étaient parfois même les danseurs qui chantaient tout en dansant. Chaque pays, chaque région, chaque village développe ses propres danses qu'on peut très bien ne pas retrouver dans le village voisin. On peut ainsi regrouper sous l'appellation de "danses traditionnelles" les danses nationales, les danses régionales, les danses locales, mais par extension également les danses ethniques et les danses de caractère. Le qualificatif de "populaire" peut être aussi inclus dans le sens de "issu du peuple". Quant à la notion de folklore, nous y reviendrons un peu plus loin.

Les danses traditionnelles sont essentiellement pratiquées dans des occasions précises dans un environnement rural : récoltes, mariages, fêtes religieuses, etc. qui amènent les voisins et amis à se rassembler. La danse est donc à la fois un support pour se donner du coeur à l'ouvrage, mais aussi un moment de loisir pour se retrouver et s'amuser en communauté. La danse traditionnelle est donc bien une danse populaire au sens de "issue du peuple". On peut citer par exemple, les danses suivantes : polka, mazurka, bourrée, branle, contredanse, sauts, rondeau, gavotte, passe-pied, etc. Ces danses ont pour origine aussi bien les campagnes bretonnes que les pays étrangers. En dehors de l'Europe, on peut aussi y placer des danses comme la samba brésilienne, la danse tahitienne, le danzon cubain, la biguine antillaise, le bharatha natyam d'Inde, etc.

Evolution

Avec le développement de l'industrie et du commerce, ainsi que l'urbanisation marquée du milieu du XIXe siècle en Europe, la culture paysanne reste cantonnée au domaine rural. Ainsi les nouveaux urbains (issus des campagnes) repensent-ils avec nostalgie à ces danses et aux bons moments partagés avec leurs proches. Ils vont donc se regrouper autour des traditions de leur région d'origine qui permettent de conserver des noyaux de culture traditionnelle au sein des villes. Notamment, à Paris, la présence de groupes d'exilés bretons ou auvergnats est bien connue.

La danse traditionnelle n'est, à l'origine, pas forcément pensée pour être regardée. C'est le groupe de danseurs qui se divertit ensemble et l'apprentissage se fait par mimétisme. Pas besoin de réfléchir tant les pas étaient souvent effectués (contrairement à aujourd'hui, où des déformations prennent parfois forme). Pour ce qui concerne les danses traditionnelles françaises, la base historique semble être celle des branles (doubles et simples) de la Renaissance se pratiquant sous la forme de rondes de groupe. Avec l'évolution et des influences diverses, les danses à figures se sont formées par la suite.

Du fait de son implantation dans les villes, la danse traditionnelle évolue dans le nouveau milieu des salles citadines par rapport à la cour de la ferme. Ces danses doivent aussi cohabiter avec les danses de salon dont la large popularité les fait passer au second plan. De plus, grâce aux voies de communication, les danses de régions voisines s'influencent les unes les autres. C'est dans ce contexte que des hommes vont comprendre que la richesse des danses traditionnelles des origines disparaît peu à peu. Certains vont se faire "collecteurs de danses" et travailleront à recenser et cataloguer les danses traditionnelles dans certaines régions. Les danses traditionnelles retrouvent un regain de popularité dans les années 1970. C'est à cette époque que des fêtes de danse traditionnelle se développent ; on les appelle aujourd'hui "bal trad" (pour bal traditionnel), "bal folk" (pour bal folklorique) ou même fest-noz (du nom de ces fêtes en Bretagne). Dans ces bals trad, on retrouve le résultat du mélange des cultures entre différentes régions et différents pays (la gavotte côtoie la polka ou la scottish). Il s'agit avant tout pour les participants de partager un moment convivial dans une époque individualiste qui, paradoxalement, recherche de rapports sociaux par le biais des danses traditionnelles tout comme celui des danses de société.

De nos jours, on parle bien souvent de folklore soit dans un sens un peu dévalorisant. On dit parfois que le folklore, c'est pour les touristes avec ses costumes régionaux colorés, ses sabots, etc.). Dans ce contexte, la danse est mise en scène comme un spectacle et non plus comme un loisir de groupe que l'on vit. Toutefois, cette vision folklorique a l'avantage de contribuer à sauvegarder un patrimoine menacé d'oubli ou de déformation pas simplification. Les groupes folkloriques ont connu un grand succès dans les années 30 et, même s'il y en en moins aujourd'hui, on continue de trouver des passionnés pour poursuivre ce travail de mémoire de la danse. Rappelons simplement que c'est grâce à des chercheurs, collecteurs ou pratiquants de ces danses qu'il est aujourd'hui possible de mieux connaître nos traditions du passé et nos origines populaires.